Rechercher
  • Karim

Je m’en souviens, je l’ai fait. À la saison où il fait déjà bon, avant que le monde arrive en masse dans mon Sud de toujours, j’ai déjà marché seul au bord de l’eau sans idée précise, dans la solitude ou vers elle selon que je cherche ou fuis. Et puis, il suffit que la nuit se reflète d’une façon particulière sur la mer, et que le bruit de celle-ci réponde au mystère qui nous entoure pour que l’envie de nager dans les reflets du ciel sur l’eau me submerge. Je plie mes vêtements dans un coin et j’entre dans le noir liquide. J’ai l’impression de me baigner dans la nuit. Tellement pas l’habitude que la tête m’en tourne un peu, un vertige que j’accueille à cœur ouvert tant la perte de repères est douce. Je plonge et après quelques brassées, je m’allonge sur l’eau, les oreilles qui écoute le fond, mon souffle en bande son, et le ciel arrondi avec ses étoiles qui transforment le silence, et la lune comme à jamais perdue dans ses pensées. La beauté est toujours insolite. Ce qu’il y a de plus essentiel est toujours mystérieux, et à défaut de comprendre, on peut déjà commencer par aimer.


Image: @klegsart

Musique: @beats.by.casiio pour @chilledcow_yt

5 vues