Rechercher
  • Karim

J’ai compris pourquoi j’avais des yeux le jour où j’ai croisé les siens. Ça allait bien au-delà de ce que la beauté fait dans l’oeil de celui qui la regarde. C’était plus lourd qu’un poème d’amour, même ceux d’avant, ces vers qui portent une poussière toujours neuve. C’était plus sérieux que le songe d’un poète qui pleure à la lune des chagrins dont elle se fout bien. C’était la beauté quand la vérité la porte. Je comprenais pas d’où te venait cette force. On aurait dit que tu avais regardé le monde se déchirer depuis des siècles. Tu te tenais droite au milieu de la tempête, et j’ai entendu mon destin rouillé se mettre en marche. J’ai essayé, dans mon cerveau chamboulé, de trouver des mots pour te décrire, essayer de comprendre les brûlures au ventre que ça me faisait, mais c’était trop dur de trouver du sens, quand mes sens justement se perdaient. J’étais comme une boussole avec un nouveau nord. Les bijoux que tu portais, c’était enfin leur chance de briller pour de bon, et donner ainsi au noir de ton regard toute la profondeur qui l’habite. J’ai fait la bêtise de le dire à quelqu’un et la personne m’a naïvement parlé d’amour. Maintenant, je vais me taire et je vais garder le secret de l’or sombre de tes larmes parfaites. Et je vais faire semblant de vivre comme tout le monde, avec l’assurance de te trouver encore, toi, l’autre moitié de mon mystère qui n’existe que pour être entier.


Image: @dzart16

1 vue