Rechercher
  • Karim

Mon enfance ressemble à ça. Un détail coloré et vibrant dont le bonheur inonde encore mes jours. Un recoin de mon cerveau où le soleil est accroché, où je retourne dans un train de nostalgie qui fait du 25 ans/seconde, aller toujours en première classe et retour en seconde dans un wagon de soupirs. Ce ne sont jamais des moments qu’on recherche dans l’avenir ou le passé, mais la lumière qu’il y fait. Et si elle n’est pas deux fois la même de l’aube au crépuscule, ce qu’elle exprime est éternelle. À Paris, quand la fin d’après-midi laisse les rayons passer sous les nuages, que ça caresse les façades comme les promesses d’un autre siècle. À Montréal, les matins qui embrassent la cime des arbres avant tout le reste, que l’horizon éclate tandis que les rues gardent encore nos trajets au frais. La lumière de mon Lavandou après un jour de Mistral, qui donne aux couleurs une intensité qu’elles ne pensaient même pas avoir. La lumière met n’importe quelle chose face à son éternité, et si sa chaleur est un bienfait, ce qu'elle révèle du monde est une délicatesse pour nos esprits.


Image: @juliejmorley

7 vues