Rechercher
  • Karim

Mis à jour : mai 4


Image: @guillermolorcagarcia


À Lui nous sommes, et à Lui nous retournons... Ça y est. Tu n’es plus le fils de personne. C’est une partie de toi qui ne se racontera plus qu’au passé. Je t’ai vu traverser des morceaux de vie avec du poids sur les épaules, pris dans le creux de certaines vagues, au point que le calme de la mer semblait un rêve lointain. Je t’ai regardé tenir debout quand j’avais déjà un genou à terre, et de ta bouche, j’ai entendu sortir des paroles sages au milieu de meutes qui aboient. Je t’ai vu dans tes colères, et ça ne te rendait que plus humain. Pourtant, cette voix lente et fatiguée, je crois que c’est la première fois qu’elle me parvient de toi. Ça fait drôle. Mon coeur s’est fendu quand on m’a appris la nouvelle. Et aussi haut que je te porte dans mon coeur, je n’ai que l’impuissance, et quelques prières silencieuses à offrir, et je pleure avec toi, et ces larmes, j’en suis fier. Et je remercie Dieu de ce chagrin, toi, à qui de loin je me préfère, car c’est un mince prix à payer, pour l’honneur d’être ton frère. Je n’oublierai pas son nom dans mon solitaire recueillement car après tout, tu es mon frère, et elle était ta maman.

3 vues