Rechercher
  • Karim

S’il faut saigner jusqu’au bout, et perdre tant de soi et de son sang dans ce qu’on donne à Dieu et autres, ça me va. On est sur terre pour prendre des coups comme en rendre quelques uns et dans un monde idéal, je continuerai d’aimer pareil en acceptant toujours le risque d’être blessé, en faisant avec, en avançant sur ce chemin plein de trous qui pave les années. Je serai comme le chat à la fenêtre qui ne se lasse jamais de toutes les choses qui font semblant d’arriver. Je dois être ce guerrier de l’âme qui met l’Amour avant le bonheur dans ses projets, de sorte que partition de ma vie, je compose toujours avec les notes qui viennent sans jamais en vouloir d’autres. Je ne veux plus attendre le scénario facile où tout coule. J’ai envie d’être d’accord avec mon destin. J’ai envie d’arrêter de faire comme si le monde était supposé être gentil et les saisons comme un vent favorable dans mes voiles. La douceur des jours dans le creux d’une main, et la douleur de vivre dans l’autre, sans préférence. J’ai le goût de me regarder rire et pleurer, et laisser les boucles se boucler. Tout vouloir et ne rien attendre. Et devenir vaste de cœur et calme comme un cimetière où seul mon ego serait enterré.


Image: @chogiseok

2 vues